Quelle partie du corps choisir pour un piercing ?

Du nombril à l’arcade, en passant par la langue ou le tragus, toutes les parties du corps peuvent être percées ! En revanche, tous les piercings ne sont pas égaux face aux risques ou à la douleur ; de plus, il existe également des contraintes liées à l’âge ou à la santé.

Avant de passer à l’acte, voici donc nos conseils pour vous aider à choisir la partie du corps la plus adaptée à votre projet de piercing !

Sommaire :
1. Zoom sur les piercings existants
2. Douleur, risques, budget… Les différences entre les parties du corps à percer
3. Les contre-indications liées à l’âge ou à la santé pour un piercing

Zoom sur les piercings existants

piercings visage

Quelles sont les parties du corps qu’il est possible de se faire percer ?

En body piercing, la liste des zones pouvant être percées est grande ! En voici une liste non exhaustive, sachant que la plupart des piercings peut être effectué à l’horizontale ou à la verticale :

– le visage : arcade du sourcil, joue, pommettes…
– le nez : narine, cloison nasale (septum), partie supérieure du nez à la base du front (bridge)…
– la bouche : langue, contour de bouche, lèvres…
– les oreilles : lobe, tragus, cartilage…
– le nombril ;
– le corps : hanche, dos, mains, poignets…
– les tétons ;
– les parties génitales ;
– le cou et la nuque

👂 Il est possible de se faire plus de 30 piercings différents seulement sur l’oreille ! Pour les différencier et les nommer, il est donc très courant d’utiliser leur dénomination anglaise : daith, rook, flat, helix…

Quel bijou de piercing pour quelle zone corporelle ?

En fonction du piercing réalisé, vous pouvez choisir de porter un anneau (ou ring), un labret (ou clou), ou encore une barbell (tige droite ou courbée).

Si ces bijoux de piercing sont en acier chirurgical ou titanium ASTM F136 dans un premier temps, vous pourrez ensuite opter pour des modèles conçus dans d’autres matériaux (acier noir, gold, rose gold, noir ou métaux précieux, or blanc, gris, jaune…), sertis ou non de pierres semi-précieuses (opale, jade, turquoise…).

bijoux de piercing

👄 Pour certaines zones, telles que le contour de bouche, vous ne pourrez pas poser d’anneau le jour du piercing, mais seulement lorsque le trou aura cicatrisé !

Douleur, risques, budget… Les différences entre les parties du corps à percer

douleur piercing

Quelles sont les parties du corps plus ou moins douloureuses pour un piercing ?

Certes, la douleur est subjective et le seuil de tolérance est propre à chacun. Toutefois, il existe globalement des points plus douloureux que d’autres pour un piercing, comme c’est également le cas pour les tatouages !

Dans cette optique, voici un récapitulatif des zones plus ou moins douloureuses pour un piercing :

🟢 Zones les moins douloureuses : nez, lobe, cartilage bas. Toutefois, pour certains piercings tels que le cartilage, la période de cicatrisation est plus douloureuse que le perçage !

🔴 Zones les plus douloureuses : contour de bouche, zones érogènes (tétons,
parties génitales), cartilage, tragus, daith, industriel, rook.

Quels sont les piercings à risques ?

Face au perçage corporel – qui crée une micro-plaie -, chaque personne réagit différemment !

Afin d’éviter tout rejet corporel, ou toute infection par transmission de maladies infectieuses (VIH, hépatite…), les tatoueurs et tatoueuses utilisent notamment du matériel stérile, et des aiguilles à usage unique.

Or, malgré ces précautions, certaines zones corporelles sont plus sujettes à risques que d’autres :

⚠️ Risques de rejet ou de réactions allergiques : les piercings de surface (cou, nuque, pommettes…). Concernant ce type de piercing, il est parfois préférable d’opter pour des microdermaux (ou micro-implants), moins sujets à rejet que les piercings de surface.

⚠️ Risques de perte de sensibilité/paralysie : le contour de bouche et la langue, dans la mesure où ces zones comportent des muqueuses, ainsi qu’un vaste réseau de terminaisons nerveuses.

⚠️ Risques d’irritations : le cou et la nuque, en raison du frottement potentiel avec les vêtements.

👅 Le piercing de la langue nécessite une attention toute particulière durant la phase de cicatrisation (bains de bouche après les repas, alcool à proscrire dans les 10 jours suivants le piercing…). De plus, des gonflements et des problèmes d’élocution peuvent survenir les jours suivant le perçage !

Quel est le prix d’un piercing ?

Le budget diffère selon la partie corps que vous souhaitez vous faire percer. En effet, certaines zones sont plus coûteuses que d’autres, pour la simple et bonne raison qu’elles sont plus sensibles, ou plus risquées ! Pour ces zones, le professionnel met par conséquent plus de temps à réaliser le piercing.

Ainsi, les piercings les moins chers sont les piercings d’oreille, tandis que les plus onéreux sont les piercings réalisés sur les parties génitales. En moyenne, comptez de 20 à 45 € pour un piercing d’oreille (lobe, cartilage), et entre 100 et 150 € pour un piercing sur les parties génitales.

👂 Dans le cas d’un piercing “industriel”, le professionnel ne vous facture pas deux piercings malgré le fait qu’il y ait deux perforations et deux trous. En effet, il s’agit d’un seul et même piercing !


Les contre-indications liées à l’âge ou à la santé pour un piercing

contre-indications piercing

Peut-on se faire percer partout et à tout âge ?

En pratique, un perceur professionnel est en mesure de percer quelqu’un sur n’importe quelle partie de son corps, quel que soit son âge.

Mais en réalité, les professionnels n’acceptent pas toujours de percer une personne mineure, en particulier sur des zones considérées comme “sensibles” (non formées, ou connotées sexuellement).

D’une manière générale, il existe en effet certaines contraintes liées à l’âge :

L’autorisation et la présence parentale pour le perçage d’un mineur.

La formation définitive du corps avant certains piercings. En l’occurrence, il est recommandé d’attendre l’âge de 7 ans pour le perçage du lobe de l’oreille, et 14 ans pour celui du cartilage.

Les contraintes éthiques. En effet, les piercings de la langue et des parties érogènes (tétons, parties génitales…) pouvant être connotés sexuellement, certains perceurs refusent de réaliser ces piercings sur des personnes mineures.

Contraintes médicales : les parties du corps à éviter pour un piercing

Finalement, certaines parties du corps sont soumises à réserve médicale, dans le cadre d’un piercing :

✋ Si vous êtes régulièrement sujet à des crises d’eczéma ou de psoriasis, vous ne pourrez vous faire percer sur la zone concernée que sur attestation de votre médecin ou de votre dermatologue.

✋ Évitez de vous faire percer sur une cicatrice ! Cette contrainte paraît évidente, mais n’oubliez pas que le nombril est une cicatrice. Afin de bien cicatriser et d’éviter toute complication, le piercing du nombril doit donc faire l’objet d’un soin et d’un entretien rigoureux.

À chaque personne son piercing idéal ! Pour bien choisir la zone à percer, commencez par vous renseigner sur l’ensemble des possibilités qui s’offrent à vous. Dans un second temps, prenez en compte les contraintes liées à votre budget, à votre âge ou encore à votre métier… En effet, qu’il s’agisse de la partie corporelle ou du bijou, un piercing est plus ou moins discret. Par conséquent, veillez à ce qu’il ne vous porte pas préjudice dans la sphère privée ou professionnelle (entretien d’embauche, lieu de travail…) ! Finalement, ayez conscience que tous les piercings ne sont pas égaux face aux risques et à la douleur.

Pour choisir le piercing le plus adapté à vos envies et à votre morphologie, n’hésitez pas à vous tourner vers les perceurs professionnels, en contactant notre équipe d’Aux Premières Lueurs. Vous pouvez également vous rendre directement au salon de piercing et tatouage, avec ou sans RDV !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.